D une Eglise missionnaire une Eglise africaine nationale

Titre : D une Eglise missionnaire une Eglise africaine nationale
Auteur : Armand Alain Mbili
Éditeur : Editions L'Harmattan
ISBN-13 : 9782296233478
Libération : 2009-07-01

Télécharger Lire en ligne



Cette étude monographique sur le grand séminaire du Cameroun, Otélé (1949-1968), permet d'étudier, à travers la formation des futurs prêtres, le passage d'une Eglise missionnaire à l'émergence d'une Eglise "africaine". Ce livre traite des réussites, mais aussi des difficultés de l'assimilation religieuse, faisant émerger l'inculturation, une manière pour les séminaristes de reconquérir et réaffirmer leur identité culturelle.

Les aventuriers du pentec tisme ghan en

Titre : Les aventuriers du pentec tisme ghan en
Auteur : Sandra Fancello
Éditeur : KARTHALA Editions
ISBN-13 : 2845868227
Libération : 2006

Télécharger Lire en ligne



Dès les premières missions méthodistes, baptistes et anglicanes, des pays comme le Ghana, le Nigeria, le Liberia et la Sierra Leone, constituent des plaques tournantes de l'expansion des protestantismes en Afrique. Depuis l'épopée ivoirienne et ghanéenne du passeur de frontières libérien W. W. Harris (1913-1914) qui a inspiré de nombreuses Églises prophétiques africaines au cours du XXe siècle, la créativité religieuse de ces pays se confirme, contribuant à dessiner les contours d'un christianisme africain original. Le cas exemplaire de l'Église de Pentecôte du Ghana, fondée par un missionnaire écossais dissident, illustre la manière dont les pentecôtismes africains, loin d'être des agents de l'évangélisme américain, constituent, de longue date, le creuset d'une identité ethnonationale transmuée par la référence à la nation biblique. Cette Eglise a produit des générations de pasteurs ashanti pour lesquels le " plan de Dieu " appelle le Ghana à ré-évangéliser le monde. Les malentendus de la politique identitaire d'une Église qui a l'âme d'une " nation missionnaire " sont au cœur des scissions qui accompagnent son implantation dans les pays francophones voisins (Burkina Faso, Côte-d'Ivoire, Togo) mais aussi dans les capitales européennes. Les ambivalences de cette entreprise religieuse à la fois " indigène " et transnationale se retrouvent au cœur des parcours de conversion des fidèles. Alors que la conversion " au village " se traduit par un changement de vie, une rupture avec l'ancrage familial et l'univers de la coutume, en ville, et dans l'aventure de la migration, la délivrance du Mal introduit à une nouvelle forme de contrôle communautaire. Bien plus, l'utopie d'une assemblée délocalisée de " frères et sœurs en Christ " a pour envers une forme de ré-ethnicisation des individus trans-migrants.

Africains missionnaires et colonialistes

Titre : Africains missionnaires et colonialistes
Auteur : Gerrit J. van Butselaar
Éditeur : Brill Archive
ISBN-13 :
Libération : 1984

Télécharger Lire en ligne



Gerrit J. van Butselaar A été écrit sous une forme ou une autre pendant la plus grande partie de sa vie. Vous pouvez trouver autant d'inspiration de Africains missionnaires et colonialistes Aussi informatif et amusant. Cliquez sur le bouton TÉLÉCHARGER ou Lire en ligne pour obtenir gratuitement le livre de titre $ gratuitement.

Le Concile Vatican II et l Eglise africaine Mise en oeuvre du Concile dans l Eglise d Afrique 1960 2010

Titre : Le Concile Vatican II et l Eglise africaine Mise en oeuvre du Concile dans l Eglise d Afrique 1960 2010
Auteur : Monseigneur TSHIBANGU Tharcisse T.
Éditeur : KARTHALA Editions
ISBN-13 : 9782811107857
Libération : 2012-11-23

Télécharger Lire en ligne



COLLECTION mémoire d’Églises dirigée par Paul Coulon Paul VI et Mgr T. Tshibangu. © DR En octobre 1962 s’ouvrait à Saint-Pierre de Rome le deuxième Concile du Vatican (1962-1965) dont on a pu dire qu’il fut l’un des événements majeurs du xxe siècle. Il nous faut remercier ici Mgr Tharcisse Tshibangu, qui y participa comme jeune expert, de nous en rappeler les étapes. Il y eut d’abord un important travail préconciliaire auquel se joignit la Société Africaine de Culture en la personne d’Alioune Diop, son fondateur. S’ensuivit le long travail des Pères du Concile. Dès la première session, les évêques africains eurent à cœur de se regrouper dans un Secrétariat général qui fut confié, pour les anglophones, à Mgr Blomjous, évêque de Mwanza (Tanganyika), et pour les francophones, à Mgr Zoa, archevêque de Yaoundé. À partir de 1966, vint le temps de la mise en application du Concile. En 1969, à Kampala, face aux évêques rassemblés pour la première fois dans le cadre du Symposium des Conférences Épiscopales de l’Afrique et de Madagascar, le pape Paul VI déclarait: «Vous pouvez et vous devez avoir un christianisme africain.» En 1977, au cours d’un colloque tenu à Abidjan, à l’initiative d’Alioune Diop, fut posée la question d’un Concile Africain et, lors du voyage du pape Jean-Paul II à Kinshasa en mai 1980, le Cardinal Malula en souligna l’opportunité. Dans les années qui suivirent, l’idée fit son chemin et finalement, le 6 janvier 1989, le pape convoqua un Synode africain des Évêques (Rome, avril-mai 1994). Ce premier Synode sera suivi d’un second en 2009. En dépit des lacunes des textes adoptés successivement, en tenant compte des avancées et des reculs dans la pratique, cet ouvrage vient nous rappeler ce qui s’est fait au cours des dernières décennies. Pour ne parler que de l’Église de Kinshasa en RDC, elle vit apparaître un rite «zaïrois» de la liturgie eucha-ristique, une restructuration de l’Église locale en communautés ecclésiales de base (CEB), la naissance de laïcs placés à la tête de paroisses, un Synode diocésain postconciliaire qui durera deux longues années (1986-1988). Verra-t-on un jour un troisième Synode ou mieux encore un Concile africain? Il n’est pas trop tôt pour en prendre conscience et s’y préparer. L’ouvrage de Mgr T. Tshibangu nous offre les prémisses du travail à entreprendre. Postface de René Luneau (extraits) ISBN : 978-2-8111-0784-0 1 de couv mémoire d’Églises Mgr Tharcisse T. Tshibangu Le Concile Vatican II et l’Église africaine Mise en œuvre du Concile dans l’Église d’Afrique (1960-2010) Épiphanie - KARTHALA En octobre 1962 s’ouvrait à Saint-Pierre de Rome le deuxième Concile du Vatican (1962-1965) dont on a pu dire qu’il fut l’un des événements majeurs du xxe siècle. Il nous faut remercier ici Mgr Tharcisse Tshibangu, qui y participa comme jeune expert, de nous en rappeler les étapes. Il y eut d’abord un important travail préconciliaire auquel se joignit la Société Africaine de Culture en la personne d’Alioune Diop, son fondateur. S’ensuivit le long travail des Pères du Concile. Dès la première session, les évêques africains eurent à cœur de se regrouper dans un Secrétariat général qui fut confié, pour les anglophones, à Mgr Blomjous, évêque de Mwanza (Tanganyika), et pour les francophones, à Mgr Zoa, archevêque de Yaoundé. À partir de 1966, vint le temps de la mise en application du Concile. En 1969, à Kampala, face aux évêques rassemblés pour la première fois dans le cadre du Symposium des Conférences Épiscopales de l’Afrique et de Madagascar, le pape Paul VI déclarait: «Vous pouvez et vous devez avoir un christianisme africain.» En 1977, au cours d’un colloque tenu à Abidjan, à l’initiative d’Alioune Diop, fut posée la question d’un Concile Africain et, lors du voyage du pape Jean-Paul II à Kinshasa en mai 1980, le Cardinal Malula en souligna l’opportunité. Dans les années qui suivirent, l’idée fit son chemin et finalement, le 6 janvier 1989, le pape convoqua un Synode africain des Évêques (Rome, avril-mai 1994). Ce premier Synode sera suivi d’un second en 2009. En dépit des lacunes des textes adoptés successivement, en tenant compte des avancées et des reculs dans la pratique, cet ouvrage vient nous rappeler ce qui s’est fait au cours des dernières décennies. Pour ne parler que de l’Église de Kinshasa en RDC, elle vit apparaître un rite «zaïrois» de la liturgie eucha-ristique, une restructuration de l’Église locale en communautés ecclésiales de base (CEB), la naissance de laïcs placés à la tête de paroisses, un Synode diocésain postconciliaire qui durera deux longues années (1986-1988). Verra-t-on un jour un troisième Synode ou mieux encore un Concile africain? Il n’est pas trop tôt pour en prendre conscience et s’y préparer. L’ouvrage de Mgr T. Tshibangu nous offre les prémisses du travail à entreprendre. Postface de René Luneau (extraits)

Missionnaires catholiques fran ais aux tats Unis 1791 1920

Titre : Missionnaires catholiques fran ais aux tats Unis 1791 1920
Auteur : Tangi Villerbu
Éditeur : KARTHALA Editions
ISBN-13 : 9782811105211
Libération : 2011

Télécharger Lire en ligne



Sous la direction de Tangi Villerbu (Université de La Rochelle), une équipe internationale explore une histoire trop souvent oubliée, celle des missions et des missionnaires catholiques français aux Etats-Unis. C'est durant un long XIXe siècle que la présence catholique française s'impose vraiment aux Etats-Unis. Prêtres, frères et soeurs français arrivent alors par centaines, pour se livrer à un travail classique de missionnaires. Cette mission s'inscrit bien dans un contexte de colonisation, mais de manière très particulière puisque l'Etat-nation colonisateur est avant tout protestant et que les missionnaires lui sont a priori étrangers, ce qui pose de manière aiguë le problème de la relation entre conquête et évangélisation. De surcroît, cette mission a une double tâche : d'une part, conquérir les âmes indiennes, les gagner au christianisme ; et, d'autre part, conserver la foi des colons catholiques. Et c'est souvent la deuxième voie qui est jugée prioritaire.

Linguistic and Oriental Essays

Titre : Linguistic and Oriental Essays
Auteur : Robert Needham Cust
Éditeur :
ISBN-13 : NYPL:33433081852075
Libération : 1895

Télécharger Lire en ligne



Robert Needham Cust A été écrit sous une forme ou une autre pendant la plus grande partie de sa vie. Vous pouvez trouver autant d'inspiration de Linguistic and Oriental Essays Aussi informatif et amusant. Cliquez sur le bouton TÉLÉCHARGER ou Lire en ligne pour obtenir gratuitement le livre de titre $ gratuitement.

Entreprises religieuses transnationales en Afrique de l ouest

Titre : Entreprises religieuses transnationales en Afrique de l ouest
Auteur : Laurent Fourchard
Éditeur : KARTHALA Editions
ISBN-13 : 2845866534
Libération : 2005

Télécharger Lire en ligne



La plupart des études menées à ce jour sur les mouvements religieux en Afrique de l'Ouest ont un cadre d'étude monographique qui privilégie l'entrée par une région ou un pays, alors que les Églises, les associations islamiques, et même les confréries, développent un prosélytisme à l'échelle de la région, du continent, voire de la planète. L'objet spécifique de cet ouvrage porte sur l'analyse comparative des réseaux transnationaux tissés par de nouveaux acteurs religieux : docteurs, prédicateurs et entrepreneurs. Il fait d'abord place à la variété des formes que prennent les réseaux religieux : entreprises missionnaires supranationales, voire centralisées, associations nationales et réseaux transfrontaliers informels, ou encore diasporas religieuses, migrantes ou commerçantes. Dans tous ces cas de figure les conflits identitaires, culturels ou générationnels, que suscite la tension entre les ancrages locaux ou nationaux de ces traditions religieuses historiques et leurs prétentions transnationales, encouragent la promotion de jeunes lettrés, passeurs de frontières. Dans un second temps, les auteurs rappellent que, parallèlement à la présence d'entreprises transnationales, l'État Nation reste un cadre d'analyse pertinent de l'étude des réseaux religieux, essentiellement parce que les ressources matérielles, symboliques et sociales de la mondialisation religieuse sont largement réinvesties dans un contexte local ou national, et dans l'espace public autant que sur la scène politique. Quel que soit le caractère polycentré de certains réseaux religieux contemporains, la singularité du Nigeria en tant que nation missionnaire en Afrique méritait enfin d'être interrogée. La domination économique de ce pays sur les pays frontaliers, le dynamisme des réseaux migratoires nigérians et le rôle historique du Nigeria comme pôle de formation ecclésiale et universitaire en Afrique de l'Ouest ont favorisé la formation de véritables entreprises religieuses transnationales plus ou moins centralisées. Si Églises et confréries d'origine nigériane influencent de manière contrastée les paysages religieux nationaux, les entrepreneurs nigérians s'affirment volontiers comme une avant-garde missionnaire d'un nouvel ordre religieux mondial.

Entreprises religieuses transnationales en Afrique de l Ouest

Titre : Entreprises religieuses transnationales en Afrique de l Ouest
Auteur : FOURCHARD Laurent, MARY André et OTAYEK René (sous la direction de)
Éditeur : KARTHALA Editions
ISBN-13 : 9782811139636
Libération : 2005-06-01

Télécharger Lire en ligne



La plupart des études menées à ce jour sur les mouvements religieux en Afrique de l'Ouest ont un cadre d'étude monographique qui privilégie l'entrée par une région ou un pays, alors que les Eglises, les associations islamiques, et mêmes les confréries, développent un prosélytisme à l'échelle de la région, du continent, voire de la planète. L'objet spécifique de cet ouvrage porte sur l'analyse comparative des réseaux transnationaux tissés par de nouveaux acteurs religieux : docteurs, prédicateurs et entrepreneurs. Il fait d'abord place à la variété des formes que prennent les réseaux religieux : entreprises missionnaires supranationales, voire centralisées, associations nationales et réseaux transfrontaliers informels, ou encore diasporas religieuses, migrantes ou commerçantes.

Histoire des missionnaires d Afrique P res blancs

Titre : Histoire des missionnaires d Afrique P res blancs
Auteur : Jean-Claude Ceillier
Éditeur : KARTHALA Editions
ISBN-13 : 9782845869837
Libération : 2008

Télécharger Lire en ligne



Le présent ouvrage nous fait découvrir le premier quart de siècle de l'histoire de la Société des Missionnaires d'Afrique, plus connue sous le nom de Pères Blancs, fondée en 1868 par Mgr Charles Lavigerie (1825-1892). Figure exceptionnelle à bien des égards, Lavigerie - évêque de Nancy en 1863 puis archevêque d'Alger en 1867 - communique aux jeunes qui le rejoignent sa passion pour le continent africain, mais aussi sa vision ouverte et parfois étonnamment moderne de la mission chrétienne. Depuis l'Algérie, terre fondatrice pour les Pères Blancs, jusqu'à la région des Grands Lacs en Afrique Equatoriale, sans oublier la fondation d'un grand séminaire de rite grec-melchite à Jérusalem, l'auteur nous fait parcourir le cheminement des débuts et les premières réalisations de cette jeune société, en s'appuyant sur de nombreux textes d'archives. Quelques figures caractéristiques de ces premières générations sont mises en lumière. On peut ainsi découvrir tout un aspect de l'élan missionnaire de la fin du XIXe siècle, avec ses audaces, ses illusions parfois, et la foi profonde de ceux qui s'engagent alors dans d'audacieux projets au nom de l'Évangile. La prise en compte du contexte politique, français aussi bien qu'européen, de ce quart de siècle permet, d'autre part, de mieux comprendre les influences et les contraintes qui ont marqué les premières grandes entreprises apostoliques de Lavigerie et de la Société des Pères Blancs

Eglise locale et crise africaine

Titre : Eglise locale et crise africaine
Auteur : Léon Diouf
Éditeur : KARTHALA Editions
ISBN-13 : 2845861710
Libération : 2001

Télécharger Lire en ligne



Le monde africain, on le sait, offre une grande diversité d'aspects et de visages. Cette diversité se trouve encore accrue par les difficultés de la communication à travers le continent : pas facile d'échanger et de s'informer, aujourd'hui encore, de Dakar à Bangui ou Dar es-Salaam ! Et pourtant, au dire de Léon Diouf, " il y a cependant assez de similitude entre pays d'Afrique noire pour qu'une bonne part de ce qui se passe dans un pays en matière de crise se retrouve, mutatis mutandis, dans les autres pays. Le témoignage recueilli à partir d'un seul pays peut servir à ancrer la réflexion dans la réalité africaine la plus profonde. " L'ouvrage qu'il nous offre aujourd'hui le démontre avec clarté et sans contestation possible. Au Sénégal comme ailleurs en Afrique, la crise que connaît l'ensemble du continent, avant d'être économique ou politique, est d'abord culturelle et donc religieuse, car les deux termes, ici du moins, ne sont pas séparables. Mais chaque pays a sa personnalité propre. Au Sénégal, l'omniprésence d'un islam auquel adhèrent 90 % de la population pose évidemment à l'Eglise locale une question majeure. Comment pourrait-elle bien ignorer la nécessité d'un dialogue où musulmans et chrétiens, dans le respect mutuel de leurs convictions croyantes, travailleraient ensemble à la construction d'une société nouvelle ? Par conviction profonde, largement nourrie par l'apport d'un long séjour en Inde où il a élaboré ce livre, sous la direction d'un maître en la matière, le jésuite Michaël Amaladoss, Léon Diouf plaide avec ferveur pour un vrai dialogue interreligieux en terre sénégalaise. Il le fait avec tant d'ouverture d'esprit et de cœur que ses compatriotes et amis musulmans devraient y être fort sensibles, car à Dakar tout au moins, on ne parlait pas de l'islam en ces termes, il y a de cela quarante ou cinquante ans. Avec bonheur, ce beau livre ouvre un chemin de dialogue et de fraternité que beaucoup, au Sénégal et ailleurs, sauront reconnaître, et espérons-le, emprunter. R.L.